Gentleman_espion.jpgOuvrir un livre sur un espion, c’est accepter d’être manipulé a fortiori par l’un des plus célèbres du XXe siècle, membre de la bande des quatre de Cambridge avec Burgess, Maclean et Philby. Anthony Blunt fut le quatrième à fournir de nombreux documents aux Soviétiques en quantité et en qualité pendant près de quarante ans.

Car Anthony Blunt, outre un espion de classe mondiale, fut d’abord connu et reconnu comme un des grands historiens de l’art au XXe siècle. Grand spécialiste de Poussin, qu’il fit redécouvrir au monde entier après trois siècles d’obscurité, il fut professeur puis directeur du Courtauld institut à Londres et devint par ce fait la personnalité la plus puissante et la plus influente de l’art britannique. Il en sera le « dictateur bienveillant » pendant trente ans. Anoblit par Elizabeth II, il sera le gardien des toiles de la Couronne !

Brillant, génial, érudit, polyglotte pour tout le monde, glacial et distant pour d’autres, Anthony Blunt est un sujet en or pour un biographe. D’autant plus que Miranda Carter le lui rend bien dans un texte parfaitement maîtrisé. Le traître à la patrie ne sera dénoncé qu’en 1979 – aux Communes!- soit quatre ans seulement avant sa mort. Jamais, Anthony Blunt n’exprimera le moindre regret et emportera dans la tombe tous les secrets donnés à l’Est.



Gentleman espion les doubles vies d’Anthony Blunt
Miranda Carter
Payot, 2006.
550 p.
Article publié le 24 septembre 2009.

LIBRAIRE

Pour commander ce livre, cliquer sur ce lien :

Commander sur fnac.com