APEIROGON meilleur livre étranger.jpgC'est brillant, intelligent, factuel. Sans pitié pour les sauvages des deux camps - Israëliens et Palestiniens - incapables d'autre chose que de produire de la haine et de la mort. Au milieu de cette mare de sang qu'est la Palestine, Colum McCann maintient en vie deux hommes. Abir Arami, un Palestinien qui a perdu sa fille tuée par l'armée israélienne, et Smadar Elhanan, qui a perdu sa fille dans un attentat à la bombe perpétré par les Palestiniens. Ils parlent ensemble de paix à tous les habitants de la Palestine et d'Israël mais aussi en Europe et jusqu'à Washington.

Leurs paroles sont des gouttes d'eau qui tombent dans le sable du désert, mais ils savent, au fond d'eux-même qu'ils vont dans la bonne direction : le dialogue plutôt que la haine. Une main tendue plutôt qu'une humiliation, raconter leur histoire - vécue dans leur chaire par nombre de leurs compatriotes - plutôt que le silence qui va si bien aux enterrements.

Apeirogon (n.m. : figure géométrique au nombre infini de côtés) reproduit les facettes infinies du conflit : humain, religieux, géopolitique, familial, politique, géographique, etc, etc,. Ce qui fait de ce texte un punching-ball qui nous revient dans la tête à chaque paragraphe - et des paragraphes, il y en a mille - comme pour nous rappeler que la vie est trop court pour tuer pour quelques arpents de sable.

Prix du Meilleur livre étranger 2020

Apeirogon
Colum Mccann
Belfond
(Traduit de l'irlandais par Clément Baude
521p., 23€
Août 2020